Journée One Health d'Ile-de-France - Big data : une évolution, une révolution, une promesse pour le diagnostic

Le 27 novembre 2014, l'Université Paris-Créteil Val-de-Marne accueillait le séminaire One Health Ile-de-France. Regrouper les intérêts des chercheurs en médecine humaine, médecine vétérinaire et agronomie, partager la démarche et la posture des pionniers, explorer les recherches aux frontières de nos connaissances, laisser de la place à l’échange et la discussion, sont les grands principes qui guident ces rencontres

Journée
Mis à jour le 18/12/2014
Publié le 17/12/2014

Tous les deux ans, l'Université Paris-Est Créteil, l'EnvA et l'Inra de Jouy-en-Josas organisent un séminaire « One Health » en Ile-de-France. Cet évènement  offre à ses participants, en un temps record, un éclairage sur le potentiel des révolutions scientifiques et techniques actuelles. Ses principes : regrouper les intérêts des chercheurs en médecine humaine, médecine vétérinaire et agronomie, partager la démarche et la posture des pionniers, explorer les recherches aux frontières de nos connaissances, laisser de la place à l’échange et la discussion. Après avoir traité de l’imagerie in vivo en 2012, les organisateurs n’ont pas hésité à prendre le thème qui fait aujourd’hui bien souvent la une des journaux, celui du big data et du diagnostic. 

Les exposés successifs des intervenants prestigieux de l'Institut Pasteur, de l'Inserm, de l'Inra, de l'Anses et de l'EnvA, ont montré combien le big data n’est déjà plus une promesse mais bien une réalité pour le diagnostic. La capacité à collecter des données à haut débit (sur l’ADN ou les métabolites d’un produit, d’une cellule, d’une population de bactéries ou de pathogènes) permet d’identifier sans a priori ce que l’on ne sait pas encore chercher et de s’attaquer à ce qui est encore « silencieux ». Le spectre de détection de pathogènes est plus large et les diagnostics plus précis. On ose aujourd’hui s’attaquer au lien entre pathologies et profils de malades, ouvrant la voie à une médecine plus personnalisée. On rêve de mieux prévenir les maladies. Mais finalement que ne sait-on ou ne peut-on pas faire ? Les chercheurs nous rappellent que l’on identifie le plus souvent des marqueurs, et pas forcément les agents responsables de la maladie. La pertinence des détections tient à la qualité des mesures de référence et des données, comme à l’adéquation des formalisations mathématiques et informatiques. Or ces dernières restent un véritable champ de recherche tant la modélisation du vivant est complexe voire infinie.

Les discussions ont porté sur la puissance de ces avancées. Quels espoirs peut-on y placer, quels en sont les risques ? Quelles nouvelles activités économiques cela génère-t-il, avec quels acteurs et quelles intentions ? « Eclairer ainsi le silence »  augure vraisemblablement d’autres manières de chercher et de soigner ; il faut aussi savoir « mettre le focus » pour interpréter et les praticiens se disent actuellement souvent seuls face à leurs choix. C’est donc le bon moment d’interpeler une plus grande diversité de disciplines et l’éthique. 

Big data et diagnostic vus par le Design

Durant cette journée, les participants ont eu la surprise d’être accueillis par des Designers du co-design lab de l’Institut Mines-Telecom partenaire de ce séminaire. Sur les murs de l’amphithéâtre, les participants ont pu découvrir quatre affiches pour quatre objets du futur et quatre scenarios construits par un doctorant à partir de la projection dans son domaine des connaissances des chercheurs. Innovations attendues ? Prévision d’une réalité future ? Provocation ? Nous le saurons en fonction des réponses au questionnaire proposé aux participants et auquel chacun peut aussi contribuer en ligne ligne en consultant les affiches et en répondant au questionnaire (Télécharger 4 scénarios et un questionnaire sur le thème de la biologie prédictive et du big data ). Les posters sont une proposition d’espace de réflexion pour l’action, tout comme les séminaires One Health, à leur manière.

Les organisateurs vous donnent rendez-vous dans deux ans, la lumière sera faite sur… là où émergent les recherches du futur.  N’hésitez pas à suggérer vos sujets de prédilection.

Couverture du programme du séminaire One Health Ile-de-France 2014. © EnvA, Virginie HENNEQUIN

En savoir plus

Programme et résumé des inverventions

Résumés

Nous vivons une période exceptionnelle de production scientifique qui résulte pour beaucoup d’une production à haut débit de données et de capacités accrues de développements informatique. Concernant les sciences du vivant, nous nous sentons bientôt capables de modéliser et prédire les mécanismes physiologiques à partir des données génériques accumulées.  Dans le domaine de la santé, médecins, vétérinaires et agronomes se surprennent à rêver d’outils diagnostics et pronostics précis et personnalisés. Voici que les avancées techniques nous intiment d’avoir l’ambition d’embrasser les systèmes du vivant ! Le Big data révolutionne autant les moyens de financer la recherche sur le vivant que la manière de l’organiser et de la concevoir. Science et technique convergent, il s’agit pour la recherche de savoir créer un univers technoscientifique intégré, accessible et partagé. Partagé également avec la société, car, en offrant la possibilité de résoudre les questions complexes qu’elle se pose et qu’elle nous pose, cet univers technoscientifique par essence virtuel et modélisateur, aura une puissance qu’il conviendra d’encadrer. Ce qui limite nos avancées est moins les techniques que nos capacités, tant financières que conceptuelles, d’y accéder et de les intégrer. Les forces franciliennes en biologie, et en biologie animale en particulier, en mathématiques, physique, chimie, informatique et sciences de l’Ingénieur sont remarquables. Le défi est de pouvoir associer les dimensions cognitives, méthodologiques et d’ingénierie, sans omettre la question de l’impact, l’Ile de France est creuset pour ce faire. Pour autant, chacun doit pouvoir tracer des itinéraires favorables, et donc une stratégie, où les intérêts des différents territoires scientifiques convergent, en ayant comme moteur commun l’enjeu sociétal et les défis scientifiques à relever comme force de « penser ensemble ». Alors le Big data, une évolution, une révolution ou une promesse ?