Vulgariser les sciences informatiques et mathématiques dans le cadre d’un festival dédié à la culture geek

Début 2017, quatre membres de l’unité mathématique et informatique appliquées, du génome à l’environnement (MaIAGE), ont participé aux rencontres Head-Bang – Science & Connaissance organisées dans le cadre du festival Geek Faeries, consacré à la culture geek

Cyprien Guerin et Estelle Chaix animent une session poster. © Inra
Mis à jour le 16/03/2017
Publié le 16/03/2017

Depuis 2010, un festival français consacré à la culture geek est organisé par un groupe de  passionnés. Le Geek Faeries est un espace de rencontre entre personnes qui partagent la même culture, ouvert sans interruption pendant deux jours et deux nuits, pendant lesquels se succèdent conférences, tables rondes, jeux, quizz ou autres animations, en interaction avec le public. Parmi les évènements qui constituent le festival, le Head Bang est consacré aux sciences et à la connaissance. Il est diffusé en live streaming, ouvert à des sujets très variés entre science et mondes imaginaires, avec pour vocation de mettre en relation des chercheurs et des individus curieux et/ou rêveurs ayant soif de connaissance. Partager, réfléchir ensemble et avancer sont les grands principes qui guident ces rencontres.

Pour la première édition 2017, le festival se déroulait en ligne, en direct et en streaming. Quatre membres de l’unité de recherche MaIAGE y ont participé en proposant des conférences sur leur sujet de recherche

  • Estelle Chaix : Text-Mining et extraction d’information, appliqués à la Biologie
  • Renaud Dessalles : Maths, simulations & biologie : modélisation de la production des protéines
  • Marc Dinh, en binôme avec Patrick Garnier (Airbus DS) : Cycle de vie d’une mission spatiale

Estelle Chaix et Cyprien Guerin ont aussi animé une session « Poster scientifique », à la fois technique et critique, fondée sur la dissection de multiples exemples concrets.

Le format video en direct, en interaction avec le public par l’intermédiaire d’un animateur connecté sur les réseaux sociaux, correspond bien aux attentes du public mais aussi des intervenants, offrant la possibilité de nombreuses interactions directes. Etudiants et jeunes curieux constituent le public cible de ces rencontres dont l’originalité est de prendre le temps de développer les sujets et de s’affranchir de la popularité actuelle des thématiques dans les médias.

Redécouvrir son projet en le vulgarisant

Pour les intervenants, l’expérience permet de revisiter les sujets de recherche. La confrontation avec des auditeurs curieux, créatifs, d’horizons variés, permet de stimuler la réflexion, en particulier sur des pratiques, des méthodes, même et surtout si elles sont très répandues donc rarement discutées dans le milieu de la discipline. L’exercice de vulgarisation amène également à prendre du recul, à chercher des images, des parallèles avec d’autres sujets, et finalement à découvrir d’autres approches de questions similaires sur des thématiques très éloignées.

Logo MaIAGE Carré. © Inra, MaIAGE

L’unité de recherche en mathématique et informatique appliquées, du génome à l’environnement

L'unité de recherche MaIAGE regroupe des mathématiciens, des informaticiens, des bioinformaticiens et des biologistes autour de questions de biologie et agro-écologie, allant de l'échelle moléculaire à l'échelle du paysage en passant par l'étude de l'individu, de populations ou d'écosystèmes. L'unité développe des méthodes mathématiques et informatiques originales de portée générique ou motivées par des problèmes biologiques précis. Elle s'implique aussi dans la mise à disposition de bases de données et de logiciels permettant aux biologistes d'utiliser les outils dans de bonnes conditions ou d'exploiter automatiquement la littérature scientifique. L'inférence statistique et la modélisation dynamique sont des compétences fortes de l'unité, auxquelles s'ajoutent la bioinformatique, l'automatique et l'algorithmique. Les activités de recherche et d'ingénierie s'appuient également sur une forte implication dans les disciplines destinatrices : écologie, environnement, biologie moléculaire et biologie des systèmes.

Thématiques de recherche

L’unité comporte 4 grandes thématiques de recherche :

  • la modélisation dynamique et statistique pour les écosystèmes, l'épidémiologie et l'agronomie,
  • la bioinformatique et la statistique pour les données "omiques",
  • la biologie des systèmes,
  • l’acquisition et la formalisation de connaissances à partir detexte