• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

Quand je serai grand, je serai chercheur !

A l'occasion de la célébration de la Fête de la Science au Château de Versailles, des équipes des centres de recherche Inra de Jouy-en-Josas et de Versailles-Grignon ont animé des ateliers scientifiques pour des élèves d'écoles élémentaires, dans le cadre d'une démarche originale ou science, arts et histoires étaient intimement associés

Toit du Château de Versailles, Aile des Ministres Nord © C. Jez
Mis à jour le 16/10/2017
Publié le 16/10/2017

À l’occasion de la Fête de la science 2017, l’Établissement public du Château de Versailles, du musée et du domaine national de Versailles a proposé, pour la première fois, une semaine d’activités pour des élèves d'écoles élémentaires, qui mettent en lumière les liens entre arts, histoire et science. Conçu autour du thème régional « Quand je serai grand, je serai… Des métiers au cœur de la science », le programme proposait de découvrir les métiers de la recherche, de l’exploration, des sciences appliquées ou de la diffusion de la culture scientifique. L'Institut Jean-Pierre Bourgin (IJPB) et l'unité mixte de recherche Génétique animale et biologie intégrative (GABI) se sont mobilisés pour répondre à l'invitation, le temps d'une rencontre associant les élèves et leurs enseignants, les chercheurs et le médiateur culturel du château. Lors des ateliers avec les chercheurs, les élèves ont pu découvrir les disciplines scientifiques, les métiers de la recherche, et s'initier à la démarche scientifique autour d'une question d'agronomie. Ce parcours était complété par une approche plus historique, déroulant le travail des botanistes et agronomes au cours des siècles, la naissance des grandes institutions scientifiques, et replaçant dans l'histoire les grandes découvertes scientifiques et technologiques.

Contact(s)
Centre(s) associé(s) :
Versailles-Grignon, Jouy-en-Josas

Les ateliers Inra

Chromato…graphique

Omniprésentes à Versailles, les couleurs s’affichent en grand format dans les salles du musée d’Histoire de France. Les artistes ont su leur donner vie, sous forme de portraits ou de scènes historiques. Au cours de cet atelier, les élèves abordent le quotidien des conservateurs et restaurateurs dont le travail consiste à assurer la pérennité de ces œuvres. Pour ce faire, il leur faut parfois déchiffrer la composition chimique de la peinture. Encadrés par des chercheurs de l’Inra, les élèves découvrent alors la chromatographie, technique d’analyse qui permet de dissocier les pigments et de les identifier.

Coup de froid sur l’orangerie

Aspirant à maîtriser la nature, les rois ont encouragé l’étude des plantes, parfois bien au-delà des frontières. Les botanistes partaient alors en expédition dans des contrées inconnues et revenaient avec des dessins descriptifs des végétaux observés. Ils avaient parfois même la chance de ramener des spécimens en pot. Mais comment les faire survivre sous nos latitudes ? Dans la lignée des grands naturalistes, les élèves observent les plantes dans l’Orangerie et s’initient au dessin botanique. Ils s’interrogent également, avec des biologistes de l’Inra, sur les enjeux de l’acclimatation des plantes et de leur adaptation au froid.

 

Des botanistes du roi aux chercheurs de l’INRA

Des botanistes du roi aux chercheurs de l’INRA
Parmi les nombreux scientifiques dont les monarques s’entourent, les botanistes occupent une place particulière. À la suite de Parmentier et Jussieu, les scientifiques de l’Institut national de la recherche agronomique œuvrent à une meilleure compréhension du monde vivant dans une optique agricole. Les biologistes de cette institution proposent aux élèves de découvrir leur quotidien de chercheur au cours d’une animation participative, mêlant quizz et jeux de logique et d’observation.. © Inra, C. Jez
© Inra, C. Jez
Parmi les nombreux scientifiques dont les monarques s’entourent, les botanistes occupent une place particulière. À la suite de Parmentier et Jussieu, les scientifiques de l’Institut national de la recherche agronomique œuvrent à une meilleure compréhension du monde vivant dans une optique agricole. Les biologistes de cette institution proposent aux élèves de découvrir leur quotidien de chercheur au cours d’une animation participative, mêlant quizz et jeux de logique et d’observation.