• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

L’École nationale vétérinaire d'Alfort, dans le Top 50 des meilleurs établissements d’enseignement vétérinaire du monde

L’École nationale vétérinaire d'Alfort, très proche partenaire du centre de recherche Inra Île-de-France-Jouy-en-Josas dans le cadre de quatre unités de recherche et de l’institut Sciences Animales Paris Saclay, intègre le classement Shanghai dans la rubrique Sciences Vétérinaires

Coloration de lame avant l'observation au microscope dans l'UMR (ANSES-INRA-ENVA) de biologie moléculaire et immunologie parasitaire à l'ENVA de Maisons-Alfort.. © Bertrand NICOLAS - Inra, NICOLAS Bertrand
Par EnvA
Mis à jour le 06/07/2017
Publié le 04/07/2017

L’École nationale vétérinaire d’Alfort vient d'intégrer le classement Shanghai dédié aux Sciences Vétérinaires. C'est le seul établissement français présent dans le Top 50 de cette catégorie. Cet excellent résultat vient récompenser le travail de la communauté des chercheurs, enseignants-chercheurs, personnels et étudiants qui produisent chaque année une recherche de haut niveau.

L’École vétérinaire d’Alfort a été fondée en 1766 sur l’idée que médecine des animaux et médecine de l’Homme sont les deux faces d’une même réalité, que toutes les formes vivantes interagissent ensemble et avec leur milieu, et que l’on ne peut envisager la santé de l’une sans considérer la santé de l’autre. Cette approche globale des questions de santé est un héritage pour l’EnvA, dont les recherches se sont naturellement insérées dans un concept renouvelé récemment : « One World, One Health » (un monde, une santé).

Pour conduire ses recherches, l’EnvA s’appuie sur la place unique du vétérinaire, à la confluence de mondes que l’on cherche à souvent à opposer : homme versus animal, urbain versus rural… L’EnvA cherche constamment à décloisonner les savoirs pour mieux relever les grands enjeux de notre siècle, en termes de sécurité sanitaire des aliments, de bien-être animal et de santé publique.

Elle investit une large part de son dynamisme dans la recherche translationnelle, c’est-à-dire dans le transfert de connaissances acquises dans une espèce vers une autre, une démarche dans laquelle l’espèce humaine a toute sa place. Elle s’appuie sur ses plateformes cliniques et expérimentales. L’émergence des techno-sciences, des objets connectés et du big data lui permettent de renouveler les approches.

L’EnvA est aussi riche de ses partenaires -Anses, Inserm, Inra, UPEC – qui créent un terreau unique de recherches inter-disciplinaires. Sa politique scientifique s’organise en deux pôles : « Maladies animales, zoonoses et risques infectieux » et « Physiopathologie et thérapie du muscle, de l’appareil locomoteur et de la reproduction ».

L'EnvA, qui a fêté ses 250 ans d'existence l'an passé, est le plus ancien campus vétérinaire à être demeuré sur son site d'origine et probablement la plus ancienne école française encore active sur son campus d’origine. Les très bons résultats obtenus cette année, pour son accréditation européenne d'une part, et pour le classement Shanghai d'autre part, confirment que cette vénérable institution est l’un des meilleurs établissements d'enseignement supérieur et de recherche vétérinaires au monde.

Classement de Shanghai des établissement d'enseignement supérieur vétérinaire 

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Santé animale, Physiologie animale et systèmes d’élevage
Centre(s) associé(s) :
Jouy-en-Josas

Le partenariat Inra-EnvA

Les unités mixtes de recherche

Une unité sous contrat

Biomécanique et Pathologie Locomotrice du Cheval