• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

L’Inra et Roquette s’engagent dans un projet de recherche sur les fibres prébiotiques

L’Inra et Roquette s’associent dans le cadre d’un projet de deux ans qui vise l’identification des bactéries du microbiote intestinal humain capables de dégrader différents types de fibres prébiotiques et la caractérisation des biomolécules qui interviennent dans cette dégradation

Observation à l'aide d'une loupe binoculaire dans un laboratoire de l'unité METAGENOPOLIS à Jouy-en-Josas.. © Bertrand NICOLAS - Inra, NICOLAS Bertrand
Mis à jour le 08/11/2018
Publié le 06/11/2018

Le développement des connaissances sur l'importance du microbiote intestinal en santé humaine offre de nouvelles perspectives en matière d’innovation dans le domaine de la nutrition. Qu’il s’agisse de compléter l’alimentation grâce à des micro-organismes ayant des effets positifs sur la santé (probiotiques) ou de promouvoir le développement de ceux-ci grâce à l’ingestion de leurs substrats préférés (prébiotiques), l’objectif est de moduler la composition du microbiote intestinal afin d’atteindre un équilibre favorable à une meilleure santé. Roquette, un leader des ingrédients d’origine végétale à destination des marchés de l'alimentation, de la nutrition et de la santé, a développé de nouvelles fibres alimentaires prébiotiques à partir de son expertise dans ce domaine. L’intérêt des fibres est double car elles ont un rôle positif sur la composition du microbiote (effet prébiotique) et se positionnent en ingrédient de substitution de graisses ou de sucres pour certains produits alimentaires.

Afin de poursuivre l’innovation via le développement de nouveaux ingrédients nutrition-santé, Roquette s’est associé à l’Inra dans le cadre d’un projet de deux ans qui vise à l’identification des bactéries du microbiote intestinal humain capables de dégrader différents types de fibres prébiotiques développées par le Groupe, et à une meilleure compréhension du fonctionnement de cette hydrolyse. Les travaux seront réalisés par les experts de l'écosystème intestinal et de la métagénomique humaine du centre de recherche Inra de Jouy-en-Josas ( Unités Micalis et Métagenopolis), sur base de méthodologies novatrices développées par l'Inra dans le domaine de la métagénomique fonctionnelle. Ils ont pour ambition d’identifier les espèces bactériennes capables de dégrader les différentes fibres en fonction de leur structure, et de comprendre cette dégradation à travers l’identification des enzymes impliquées. Au-delà, le projet s’intéressera également à la fréquence de la présence des bactéries identifiées dans la population.

Les équipes de l'Inra et de Roquette lors du lancement du projet à Jouy-en-Josas. © Inra, INRA
Les équipes de l'Inra et de Roquette lors du lancement du projet à Jouy-en-Josas © Inra, INRA

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Contact(s) presse :
Service Presse Inra, Contact Media Roquette
Contact MétaGénoPolis :
Alexandre Cavezza
Département(s) associé(s) :
Microbiologie et chaîne alimentaire, Alimentation humaine
Centre(s) associé(s) :
Jouy-en-Josas