• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

Activité physique et sédentarité : les comportements changent après le diagnostic d’un cancer

L’activité physique et la réduction des comportements sédentaires pourraient être associées à un meilleur pronostic et à un plus faible risque de récidive chez les patients atteints de cancer. Une étude Nutrinet-Santé sur le sujet montre, qu’à l’opposé, les individus ont plutôt tendance à réduire leur activité physique après un diagnostic de cancer

Bouteille d'eau et bas du corps d'une joggeuse. © fotolia, ALDECAstudio
Par Christine Jez d'après NutriNet-Santé
Mis à jour le 21/03/2017
Publié le 21/03/2017

Dans le cadre de l’étude de cohorte prospective Nutrinet-Santé, les chercheurs ont comparé l’activité physique et le temps passé à des activités sédentaires entre avant et après un diagnostic de cancer. Les facteurs sociodémographiques et du mode de vie associés à ces variations ont également été étudiés.

Les sujets étudiés sont les participants à la cohorte NutriNet-Santé ayant eu un cancer diagnostiqué entre 2009 et 2015 (soit 942 participants), auxquels sont associés des données d’activité physique et de sédentarité disponibles avant et après leur diagnostic. L’activité physique et les comportements sédentaires ont été collectés avec le questionnaire portant sur l’activité physique, proposé tous les ans depuis l’adhésion des personnes à la cohorte (en moyenne 2 ans avant le diagnostic). L’analyse des données montre qu’après le diagnostic de cancer, les personnes concernées réduisent leur activité physique, plus particulièrement si elles ne travaillent pas et si le diagnostic concerne le cancer de la prostate ou un cancer de la peau. Les risques de diminution de l’activité physique sont plus importants pour les personnes dont l’activité était importante avant diagnostic et pour les personnes en surpoids. En parallèle, le temps passé à être sédentaire augmente, notamment chez les femmes, les patients plus âgés et qui ne travaillent pas.

Les résultats issus de cette étude suggèrent que le diagnostic de cancer est une période clef pour changer l’activité physique et les comportements sédentaires. Ils donnent des éléments utiles pour cibler des sous-groupes de patients qui sont exposés à un risque plus élevé de diminuer leur activité physique et d’augmenter leurs comportements sédentaires après leur diagnostic de cancer.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Contact sur le site de Vilvert à Jouy-en-Josas :
Paule Latino-Martel
Centre(s) associé(s) :
Jouy-en-Josas

Référence scientifique

Fassier P, Zelek L, Partula V, Srour B, Bachmann P, Touillaud M, Druesne-Pecollo N, Galan P, Cohen P, Hoarau H, Latino-Martel P, Menai M, Oppert JM, Hercberg S, Deschasaux M, Touvier M., Variations of physical activity and sedentary behavior between before and after cancer diagnosis: Results from the prospective population-based NutriNet-Santé cohort, Ed. Scott Langevin. Medicine 95.40 (2016): e4629. PMC. Web. 21 Mar. 2017.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27749527