• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Jouy-en-Josas

07 oct 2016

Poulets présentés au SIA 2016. © Inra, Bertrand Nicolas

Médiateurs négligés de l'inflammation chez les poulets : vers de nouvelles cibles thérapeutiques

Le site de Vilvert du centre de recherche de Jouy-en-Josas recevra prochainement Rodrigo Guabiraba - Pathogenesis of Avian Colibacillosis/Infectiologie et Santé Publique (ISP) - INRA Centre Val de Loire
Il donnera une conférence sur le thème "Médiateurs négligés de l'inflammation chez les poulets : vers de nouvelles cibles thérapeutiques."

Publié le 22/09/2016
Mots-clés : MICROBIOLOGIE

Conférence de Rodrigo Guabiraba
Pathogenesis of Avian Colibacillosis/Infectiologie et Santé Publique (ISP) - INRA Centre Val de Loire

"Médiateurs négligés de l'inflammation chez les poulets : vers de nouvelles cibles thérapeutiques"

Vendredi 7 octobre 2016 à 14 heures

Centre de recherche Inra de Jouy-en-Josas

Bâtiment 442 - Auditorium

https://www.researchgate.net/profile/Rodrigo_Guabiraba

Accès au centre de recherche Inra de Jouy-en-Josas

La réponse inflammatoire provoquée par certaines infections conduisent fréquemment à une lésion tissulaire et à la mort. Il a été récemment décrit qu'il était possible de séparer les mécanismes nécessaires pour la réponse de l'hôte à traiter l'infection de celles qui causent une inflammation indésirable et entraîner la maladie. Par la connaissance des mécanismes qui entraînent la maladie et par où et comment l'interaction conduit à la maladie, nous pouvons être en mesure de mettre au point de nouvelles thérapies. Chez les poulets, par exemple, les infections bactériennes (à savoir colibacillose) représentent un réel problème pour l'industrie de la volaille dans le monde entier. Le traitement antibiotique conduit à la résistance et les vaccins montrent une efficacité limitée.
Depuis que la réponse immunitaire à l'infection du poulet est encore mal comprise, il n'y a pas de thérapies alternatives robustes disponibles. Aucune étude n'a abordé jusqu'à présent comment l'intervention pharmacologique dans les voies pro-inflammatoires déclenchée lors de l'infection chez les poulets pourraient aider à limiter l'inflammation exacerbée tout en permettant la clairance de l'agent pathogène efficace. Parmi les nombreux médiateurs pro-inflammatoires connus pour être produits lors d'une infection bactérienne chez des mammifères, le facteur d'activation plaquettaire phospholipides (PAF) contribue grandement à l'inflammation des tissus égarés et incontrôlés, mais très peu à la clairance de l'agent pathogène. Les médicaments ciblant le récepteur du PAF ont déjà été utilisés chez l’Homme et l'un d'entre eux est actuellement en cours d’essai clinique pour le traitement d'une fièvre hémorragique virale. Très peu de médiateurs lipidiques ont été étudiés chez les oiseaux dans les cas de maladies inflammatoires et infectieuses et ce domaine est d'un grand intérêt pour notre équipe. Des gènes codant pour les molécules du PAF métaboliques et des voies cataboliques sont présents dans le génome du poulet, mais leurs fonctions biologiques et pathologiques sont inconnues.
Le présent séminaire examinera le rôle du PAF en tant que médiateur de l'inflammation chez les poulets.
Nous discuterons également de la façon dont l'intervention pharmacologique dans la signalisation du PAF peut limiter l'inflammation et l'infection in vitro et in vivo. Nous croyons que la poursuite de la recherche sur les médiateurs «négligés» de l'inflammation chez les animaux de ferme, concernant les poulets, pourrait aider à dévoiler de nouvelles possibilités thérapeutiques pour soutenir les traitements conventionnels.

Contact(s)
Organisateur(s) :
Pascale Serror